Accessoires de mode : Jean-Aristide le créateur africain de bijoux aux doigtés magiques

Nominé au top 10 de la mode ivoirienne édition 2016, dans la catégorie du meilleur designer de la diaspora, Jean-Aristide était récemment en Côte d’Ivoire, pour présenter « Freedom », sa nouvelle collection.

Le but de cette démarche, est selon le designer, de se faire connaitre, et de faire la promotion de ses bijoux, encore méconnus en Afrique. « Freedom » et« Kish créa ». Si la première citée fait un clin d’œil à la liberté en générale, la seconde qui signifie terre d’amour en Créole, est une inspiration Caribéenne. Taillée à partir des modèles typiques Masaï, cette nouvelle création est faite d’assemblage d’argent blanc, de cuir et de textiles.

Aussi, pour sa matérialisation, Jean-Aristide très pointilleux sur le matériau et les couleurs, a-t-il choisi cette fois-ci, de travailler sur du textile indien, du cuir ainsi que deux couleurs. Le rouge et le vert. « Bien que ce soit deux couleurs qui ne communiquent pas beaucoup, dans l’âme elles sont très proches. Le vert c’est l’espoir et également la vie … ». Pour cet artiste ivoirien d’adoption, dont les collections sont très appréciées en occident, la conquête du marché ivoirien voire africain constitue désormais une priorité. «Mes accessoires sont peu connus en Afrique. Ma clientèle est surtout occidentale, afro(les Antilles, les noirs de l’Europe) et de l’Afrique centrale (Gabon, Cameroun) », a-t-il révélé. Avant d’ajouter que ces accessoires sont très légers à porter.

Un choix très difficile

Originaire du Sénégal de par son père, et du Burkina de par sa mère, Jean-Aristide Nitchema, qui vit désormais en France, refuse de participer à des festivals sous la bannière d’un pays. Et c’est avec un grand sourire, qu’il se défini comme un créateur panafricain. Toutefois il avoue avoir été indécis dans le choix de son métier. Entre être scénariste ou maquilleur, son désir d’être proche de la scène l’a guidé vers l’accoutrement. Mais le jeune homme de 36 ans a insisté sur le fait qu’il ne voulait ni être styliste modéliste, ni confectionner les tenues de scènes. C’est alors que Jean-Aristide a choisi de se spécialiser dans les bijoux. Pour cela, après son Bts en communication, il va s’inscrire en Europe, dans une école de modes, où il a été formé à toutes les techniques de création de bijoux. Ensuite le designer  va suivre également une formation en création d’entreprise afin de comprendre comment créer une entreprise dans la mode. Mettant ainsi en berne six ans de carrière d’acteur dans le cinéma et le théâtre Burkinabé, l’artiste accessoiriste a assouvit ainsi, son désir d’être toujours proche de la scène.

Un créateur méticuleux qui parcourt le monde

Dans le cadre de son métier d’accessoiriste, Jean-Aristide parcours le monde à la recherche de matériaux adéquats. « Je suis un concepteur et je fais des études sur le matériel que je dois utiliser pour une collection donnée. Ça peut être des perles, du cristal etc. tout dépend de mon inspiration du moment. A tel enseigne que mes recherches peuvent me conduire en Afrique, en Inde, en Europe ou aux caraïbes. Ce qui justifie les années d’écarts entre mes créations», a confié, avec fierté l’ex- acteur de cinéma qui comptabilise aujourd’hui huit ans de métier dans le design. Jean-Aristide dirige une entreprise comprenant une dizaine d’employé qui l’aide à matérialiser ses inspirations. Entre autres « Betterfly », «  Zébra », « Freedom » et « Kish créa » qui lui ont permis d’exploiter à chaque fois des couleurs en duo. A savoir le jaune et le vert, le noir et le blanc ou le rouge et le vert.

Jean-Aristide qui, pour les précédentes collections a utilisé le cuir et les perles comme matières premières, admet avoir travaillé en freelance avec d’autres designers avant de s’installer à son compte. Même s’il dit être heureux de faire un métier qui lui plait énormément, il regrette tout de même de ne pouvoir s’installer sur le continent africain. Car, son métier ne peut selon lui, faire vivre en Afrique. « Ici, l’artisanat n’est pas considéré et n’est pas très valorisé. Ce qui fait que les parents veulent que leur fils évoluent dans des secteurs plus rentables et sûrs, tels que la médecine, le journalisme etc. » Pourtant, son talent et son savoir-faire, il avoue le devoir à la Côte d’Ivoire, le pays qui l’a bercé et lui a permis de faire les rencontres utiles sur le plan professionnel. C’est donc en guise de reconnaissance qu’il a jugé utile de venir présenter le fruit de sa création sur les bords de la lagune Ebrié.

L’artiste designer Jean-Aristide Nitchema est également sollicité dans plusieurs pays pour participer à différents événements au nombre desquels « Nigeria international fashion week », « African fashion week » de Los Angeles, le festival de la mode africaine et « Paris fashion week ».

Angeline Djérabé

laregionale.ci

Un hebdomadaire d'information, et de promotion du patrimoine culturel des villes de la Côte d'Ivoire tout en mettant l'accent sur leurs potentialités de développement.

Réseaux sociaux

  1. Facebook
  2. Youtube
Infos utiles

Veillée d'Arafat DJ

Tous les artistes sont invités à lui rendre un dernier et vibrant hommage.

Infos utiles

Obsèques d'Arafat DJ

Pour les dons WWW.DJARAFAT.NET, ou joindre le comité au 69 69 59 34

Infos utiles

Africa web festival

Formation gratuite en scénarisation de 15 jeunes dans les locaux de Mandingo du 02 au 30 septembre

Infos utiles

Festival de la cuisine attié

Bientôt la 2eme édition du festival de la cuisine attié en août 2019

Infos utiles

Spectacle

Magic Diezel en concert au Palais de la Culture de Treichville, le samedi 15 juin 2019 à 16h.